Alaska 2006


Notre itinéraire


Ce voyage a 2 thèmes : la découverte d'une nature grandiose et sauvage, le "wilderness" (relire Jack London avant de partir) et les routes des chercheurs d'or (la ruée vers l'or à la fin du 19ème siècle et l'épopée du Klondike, le Chilkoot Pass, les bateaux avec roues à aubes sur le Yukon,...). Pas grand chose de disponible en français pour se préparer. Cartes Alaska et Yukon à l'IGN, guide Petit Futé Alaska (très succinct), guide Michelin Canada, et surtout de nombreux sites internet. Les réservations hôtels/motels ont été faites par internet deux mois avant le voyage. C'était inutile car en juin il y a de la place partout pour se loger. Réservation recommandée pour la visite de Denali Park et les éventuels tours en bateau. Location de voiture chez Avis. Beaucoup de tronçons de routes sont gravillonnés, mais un 4x4 ne s'impose absolument pas sur cet itinéraire. Les routes sont bonnes, mais il y a beaucoup de travaux en cours à cause des variations de niveau du permafrost qui fait se gondoler la couche goudronnée. Transport aérien avec American Airlines acheté 3 mois à l'avance. Le voyage est long et un peu fatigant (plus de 20h, avec changement et attente à Chicago). Un vol direct Francfort-Whitehorse est peut être intéressant.
L'Alaska est cher !!! Hôtels, nourriture, services. La nourriture est aux normes américaines et en Alaska il n'y a pas le choix. C'est ça ou rien! A moins de faire comme ce pasteur anglican égaré dans les monts Mackenzie vers 1910 et obligé de manger une de ses paires de chaussures. La semelle était le meilleur morceau, déclara t-il plus tard. A Anchorage, Fairbanks, Whitehorse, le choix est un peu plus large. L'importation de nourriture est interdite !!!! Pas la peine d'emmener des boites de pâté Hénaff ou de sardines Connétable pour traiter les crises de nostalgie alimentaires. Le prix de l'essence est encore la moitié du prix européen (0,7 euro le litre). Faire attention aux grandes distances entre stations services. En juin on peut bronzer à 21h et lire son journal à minuit, le soleil ne passe que quelques heures sous l'horizon.
Même dans les petites villes on trouve une Library très bien équipée où l'on peut se connecter à internet.
Voici les principaux endroits visités : Anchorage, Talkeetna, Denali Park, Fairbanks, Kluane Park (Canada), Haines, Skagway, croisière d'une journée dans l'Inside Passage, Whitehorse, Dawson City, Valdez, croisière au Colombia Glacier. Total du circuit : 3.800km. A cette période de l'année (du 7 au 27 juin) le temps est plutôt frais et change très rapidement (de 3 la nuit à 25°C à midi). Pas encore beaucoup de touristes, trafic très réduit sur les routes. Ne pas oublier que des localités pourtant marquées sur les cartes sont très petites, quelques centaines d'habitants, comme Beaver Creek par exemple. Il arrive même d'en traverser une sans s'en rendre compte! Et entre ces localités, c'est le bush, c'est à dire la forêt, des marécages, des tas de pierres, et nobody.


mercredi 7 juin : Roissy, vol AA41 Paris départ 14h50. Chicago arrivée 17h05 locale. Même quand tout va bien, un minimum de 2h est à prévoir pour les formalités d'entrée et le transfert au terminal domestique. Départ à 19h20, arrivée Anchorage à 23h locales. A signaler sur la route, environ une heure avant d'arriver à Anchorage, on voit sous nos sièges de gigantesques cercles concentriques : C'est la langue du glacier Malaspina. Spectacle unique au monde semble-t-il. Logement au Super 8, Minesota Drive, à qq km de l'aéroport.

jeudi 8 juin : 9h : Prise de la voiture de location à l'aéroport, arrêt dans un supermarket Carr pour achat de bouteilles d'eau, thé, cookies, de quoi faire des petits déjs et pique nique pour 3 jours. Traversée très facile de la ville, puis direction Fairbanks par Parks Highway. Sortie au panneau Eklutna pour visiter Eklutna Village Heritage House. Il s'agit de quelques petits bâtiments en rondins et d'un cimetière orthodoxe. Les russes sont venus au 18ème siècle, ont converti les indiens Athabascans, et sont repartis en 1867 après la vente de l'Alaska aux américains. Rien d'étonnant donc à ce que l'indien sympa qui nous reçoit porte une soutane ! Visite de l'église et du cimetière toujours utilisés avec ses maisons des esprits. On reprend l'autoroute pour en sortir au mile 36 et passer au Visitor's Center de Mat-Su (on le voit de l'autoroute sur la droite, à coté d'un hôpital). Plein de docs sur la région et sur tout l'Alaska. Traversée de Wassila, ville encore assez importante (essence, supermarket...). Au mile 46,9 de Parks Highway il y a un musée de l'aviation et des transports. Au mile 99 on tourne à droite vers Talkeetna (26km). C'est un village composé de quelques maisons en rondins, d'un "air strip" avec des vieux coucous, d'un petit aéroport utilisé pour transporter au camp de base les alpinistes qui tentent l'ascension du Mc Kinley (6.200m), et d'un cimetière pour les alpinistes et les pilotes qui ont raté leurs tentatives. Pour ceux qui en reviennent, il reste à faire une descente en raft sur la rivière. Les cabanes servent de restaurants, gift-shops, galerie d'art, bureau pour les pilotes et rafteurs. Comme dans tous les villages que nous visiterons, il y a un document "Walking Tour" qui donne un itinéraire de visite des vieilles cabanes et nous mène au bord de la rivière Talkeetna. De là, belle Vue sur le McKinley, qui est quand même à 60km de là. Il est possible pour 250$/p de faire un tour en avion d'une heure et demie avec atterrissage sur glacier. Bien vérifier la météo avant de s'inscrire! Nous "dinons" (hamburger -bon- frites bière) au "West Rib pub and grill", c'est lui qui nous a paru le plus sympa. Facile à trouver dans l'unique rue goudronnée. Hébergement au B&B Chinook Wind Cabin, qui dispose aussi de cabins pour 4 et plus.


Cimetière orthodoxe/Athabascan de Eklutna


La grande rue de Talkeetna



Au milieu du bush un lac sert de base d'hydravions

vendredi 9 juin : Demi tour pour revenir sur la Parks Highway. Avant la jonction, arrêt sur la gauche au bord du Fish Lake où 2 hydravions sont garés.Voir Alaska Bush En plus des tours standards, ils peuvent vous emmener pécher sur des lacs éloignés. Au carrefour suivant nous tournons à droite vers Fairbanks. Au mile 133, arrêt au McKinley Princess Wilderness Lodge. C'est tout de suite à droite après le pont sur la Chilitna River. Ce Lodge luxueux est constitué de bâtiments pour les chambres et d'un central avec lobby, salons, restaurants, gifts shop. Tarif chambre :170$. Très belle vue depuis le salon sur le McKinley et la chaîne de l'Alaska. C'est complètement isolé, on peut y rentrer et circuler sans problème sans être client. Au mile 147, arrêt sur l'aire de repos Alaska Veterans Memorial. Quelques panneaux présentent les actions de l'armée pour repousser la tentative d'invasion japonaise dans les îles Aleoutiennes pendant la seconde guerre mondiale. Au mile 237, entrée du parc Denali. Arrêt pour visiter les expos, vérifier la réservation pour le lendemain. Au mile 238, rivière Nenana, puis le village de Denali, rien que des restos, hôtels, magasins de souvenirs. Après le village, la route passe dans Windy Canyon réputé pour la vitesse du vent : parfois 200km/h. Au mile 245, voilà notre hébergement : Denali RV Park & Motel. Et le hamburger du soir sera mangé qq miles plus loin dans le petit resto Four Roses sur la gauche. Y a pas de choix !

Samedi 10 juin: Nous avons réservé un tour en bus dans le Denali Park (24$/p). Départ d'un bus chaque 1/2h à partir de 6h. Pas d'autre moyen pour accéder au parc. Nous avons opté pour un tour de 8h jusqu'à Fish Creek. Il faut venir avec ses boissons et nourritures, appareil photo, jumelles. Le bus s'arrête sur des aires de repos et en chemin, si le chauffeur aperçoit un animal, Il coupe le moteur et commente. Nous verrons des élans (= orignal)(moose), des mouflons de Dali, des chèvres de montagnes, et surtout quelques ours dont l'un s'approchera très prés du bus. Les paysages sont grandioses et sauvages. Ce tour vaut largement le détour quand on passe dans le coin ! Il est possible de camper dans le parc à des endroits bien précis, et même de faire des randonnées. Evidemment, il faut être prêt à faire face à un ours. Dîner au village de Denali à la Lynx Creek pizza. Les pizzas sont correctes et tellement énormes que les clients repartent avec les restes dans une boite.


Parc de Denali


Restrooms dans le parc


Un des grizzlis rencontrés dans le parc


Parc de Denali

Dimanche 11 juin:
Départ vers Fairbanks. Petit dèj dans une station service avec nos dosettes de Nescafé qui donnent un peu d'arôme au café local. Après, on va s'arrêter presque à chaque maison que l'on voit au bord de la route. C'est à dire 4 fois sur les 220km jusqu'à Fairbanks. C'est d'abord une gentille fermette avec un hangar abritant du matériel : une caravane, un quad, un avion sans aile, un avion avec ailes ... Ensuite c'est un restoroute où notre accent (pourtant excellent à mon avis) fait demander à l'employée "where do you come from?". A notre réponse elle interpelle un monsieur attablé devant son café :"hé!Papa, viens ! Des français!". Le papa s'approche. Il est parti de sa Lorraine natale il y a 50 ans et l'accent de son français est un cocktail lorrain - américain ! Il nous raconte gentiment sa vie, partagée aujourd'hui entre l'Alaska au frais l'été chez sa fille, l'hiver au chaud dans sa grande caravane près de San Francisco, et le reste dans sa maison de Chicago. Après une demie heure de bavardage, on reprend la route. Ca sent soudain le roussi, le ciel devient grisâtre : Pas étonnant, la forêt brûle ! Nous doublons des brigades de pompiers qui se déplacent à pied sur les bas cotés. C'est cramé sur une trentaine de km ! Arrêt suivant à Ester. Ca vaut le détour! (au mile 351, à quelques miles à gauche avant Fairbanks). C'est l'ancien camp d'une mine d'or. Quelques bâtiments d'époque 1900 autour d'une place : la forge, l'hôtel, le Malemute Saloon (c'est le genre d'établissement qualifié en anglais de "old time saloon", c'est à dire "dans son jus"). Il est toujours en activité avec le soir une attraction qui parait il attire les foules de Fairbanks (il doit y avoir au moins une trentaine de places). Un peu envoûtés par l'atmosphère, et malgré les moustiques, nous continuons à pied à la découverte des quelques maisons dispersées dans la forêt autour d'une route en terre. Nous tombons en arrêt devant une Tour Eiffel en bois de 2 m de haut plantée dans un talus ! Heureusement le propriétaire de la maison est là pour répondre à nos questions. Et en français la plupart du temps ! C'est un ancien prof d'université, spécialiste du permafrost et aimant la France. Et la tour Eiffel, c'est un souvenir de la mémorable soirée qu'il a faite avec ses amis en 1989 pour commémorer le bicentenaire de notre révolution ! Il nous parle des effets du permafrost sur les routes et constructions, des longues nuits d'hiver, de la nature environnante, du ski de fond et du motoneige, des ours qui s'approchent parfois au fond du jardin. Le dernier arrêt est au mile 353, au Gold Hill Country Store. On y trouve de l'essence et des alcools. La pompe à essence est normale, les bouteilles de vins et "liqueurs" sans doute aussi (je n'ai goûté que le Pepsi), mais le sol, les murs, les étagères du Liquor Shop, eux sont sûrement de la fin 19ème.
Entrée dans Fairbanks, direction l'Université sur les hauteurs pour visiter le University of Alaska Museum. A voir, pas du tout ennuyeux. Puis direction le centre ville. C'est tellement loin qu'un moment on croit avoir dépassé la ville et déjà sur la route du Pole Nord! Le centre ville est tout petit ! Une place, quelques bâtiments, hôtels, restaurants, et le visitors center. Direction sud puis à droite Airport Way pour arriver au Pionner Park. C'est une sorte de petit parc d'attractions avec un beau bateau à roue à aube, des maisons en bois, un petit musée avec des objets utilisés au début du 20ème siècle par les pionniers, et surtout un très beau musée de l'aviation avec des avions anciens utilisés dans la région et des prototypes assez récents et parfois très originaux. Les 2 retraités / employés n'attendent que nos questions pour fournir des explications. Sur des panneaux, nous découvrons un chapitre curieux de l'histoire : le "Alsib (Alaska-Siberie) Mouvement", un transfert de 8.000 avions américains vers l'URSS de 1942 à 1945. Les pilotes soviétiques venaient à Ladd Field, près de Fairbanks, et après 5 jours d'entraînement repartaient avec leurs avions jusqu'aux fronts en Europe en survolant l'Alaska et la Sibérie.
Notre B&B est parfait : Blue Roof B&B et Joe le propriétaire est sympa.


Dans le village d'Ester


Musée de l'aviation du Pioneer Park, Fairbanks

lundi 12 juin: Départ matinal par l'Alaska Highway pour Beaver Creek. A une vingtaine de miles sur la droite de la route on voit la grande base aérienne Eieleson et d'énormes avions qui décollent. Il est interdit de s'arrêter pour faire des photos ! La route est ensuite un peu monotone. Rien que du bush et parfois des rivières glaciaires très larges. Ah si ! Après le pont sur la Tanana River (sur la gauche on voit très bien le pipe line) Il faut s'arrêter à Rika's Roadhouse. C'est une ancienne grande auberge maintenue dans son état d'origine, et il y a un walking tour intéressant pour voir les bâtiments. Le gift shop propose de splendides fourrures! Et le jeune vendeur présent ce jour là parlait bien le français : son père était suisse. Et il vit ici très heureux avec sa famille, sans que rien ne semble leurs manquer. L'ensemble du site est le Big Delta Historical Park.
A partir de Delta Junction la route est très monotone : c'est une large trouée dans la forêt, sans trop de relief. Un moose plus gros qu'un cheval broute tranquillement sur le bas coté. Nous traversons Tok, village avec épiceries, essence, poste, église, tout ce qu'il faut, et même un resto correct : Fast Eddy's Restaurant (mile 1313), sur la gauche en allant vers le Canada, et juste à coté du Young's Motel qui semble très bien aussi.
Tetlin Junction, arrêt au Visitors center du parc Tetlin, et c'est la frontière. Pas d'arrêt nécessaire coté américain, un contrôle coté canadien. La carte verte reçue à l'entrée aux USA est valable 3 mois et on peut rentrer et sortir comme on veut. Et nous arrivons le soir à Beaver Creek. Ici pas grand chose à part le Westmark Hôtel, un visitors center, une épicerie et une station service. Il y a un distributeur de billets à l'épicerie. Une promenade à pied sur la route pour digérer le hamburger du dîner nous permet de découvrir une mini église et un centre de soins. Sur place il y a une infirmière. Et ensuite selon la gravité du problème vous serez transporté par un petit avion à Whitehorse, ou même Vancouver. Mieux vaut être bien assuré, car si c'est gratuit pour les canadiens, les étrangers doivent payer des sommes astronomiques !


Un hangar près d'une petite ferme : un avion sans aile, un autre avec, un quad, une caravane


Une "cabane" au bord de la route


mardi 13 juin Suite de l'Alaska Highway.
Puis nous longeons le lac Kluane, avec un arrêt à Burwarsh Landing. Nous faisons le Walking tour de ce village au bord du lac. Il a été créé par les frères Jacquot venus de Lorraine au début du 20ème siècle. Eglise et école, plusieurs cabanes, auberge des Jacquot, le "port", ... Il faut compter une heure et demi, et faut pas manquer ce village. Voir aussi le musée d'histoire naturelle, c'est la grosse cabane sur la gauche avec un parking devant.
Nous arrivons à Haines Junction, centre du park de Kluane. La 1ère visite est pour le Visitors Center pour récupérer des infos sur ce que l'on pourra faire le lendemain. Il n'y a pas de routes dans ce parc, mais des itinéraires balisés pour des randonnées de 3h à 6 jours. Avant de partir pour passer une ou plusieurs nuits dans le parc, il faut se déclarer au Visitors Center qui éventuellement interdit la randonnée à cause d'ours agressifs dans le coin. Et il faut être au moins 2. Et se signaler au retour. On peut aussi se faire transporter en avion sur des lacs ou glaciers très éloignés dans le parc (c'est pas donné !). Les sommets atteignent 4.500m, et sont évidemment couverts de neige. On peut aussi descendre la rivière Alsek en bateau pneumatique (c'est pas du raft), et louer des VTT. Hébergement au motel Beaver Creek, environ 9km avant Haines Junction.


Le pipe line trans alaska traverse une rivière


La "rika's roadhouse"


La "jetée" de l'ancien port de Burwash Landing


Une cabane à Burwash Landing

mercredi 14 juin: Très tôt nous partons sur la colline qui domine notre motel pour voir 2 maisons des esprits et avoir une belle vue sur les monts Elias. Finalement nous avons opté pour la randonnée la plus courte, celle de Dezadeash River. Le sentier s'enfonce dans la forêt et offre des vues magnifiques sur le parc et les montagnes. Pas d'ours ce matin, seuls les moustiques nous attaquerons pendant deux heures. Au retour sur le parking de départ un jeune barbu sur une échelle est en train de repeindre la station de pesage des camions. Son van est à coté avec des pots des pinceaux et des rouleaux. Son anglais est parfait, mais avec un accent. En fait il est russe et il a créé sa propre entreprise basée à Whitehorse. Il explique : "Comme je ne pouvais pas changer le pays, (et ses habitudes), c'est moi qui est changé de pays". A coté de là il y a des poteaux avec des planches tout en haut. Ce sont des abris pour que les hirondelles y fassent leurs nids et bouffent les moustiques trop encombrants dans le coin. Résultats encore douteux.
Nous allons au lac Pine à quelques km pour pique niquer. A coté du campground il y a une petite plage, un abri, des toilettes, des poubelles anti-ours. Il faudrait un ours malin pour les ouvrir, car moi même la première fois j'ai eu du mal. Un petit hydravion est stationné sur la rive du lac. Des pécheurs ? Personne dans le campground. Même pas un petit ours !
Passage au supermarché Madley's (très bien achalandé pour un endroit paumé !). Venant du rayon charcuterie, on entend une voix déclarer en français "y'a pas de jambon de pays ici!". Ce sont des campings caristes qui font le plein de nourriture. Ils nous racontent avoir préparé un bourguignon pour le déjeuner. On en bave !! Pouvoir faire sa cuisine est un des avantages du camping-car dans ces régions. On repasse sur la plage où quelques jeunes se sont installés. Un gros pick-up arrive avec un bateau, il est mis à l'eau et s'éloigne vers l'autre rive. C'est super paisible !


Au bord du lac Pine, près de Haines Junction


Vue sur le parc de Kluane

jeudi 15 juin: Temps gris et plafond bas. Direction plein sud vers Haines. Arrêt au km 26 pour le Campground et lac Kathleen. Au km 43, arrêt pour voir le Glacier de pierres. Promenade d'environ une heure A/R pour atteindre et monter sur une énorme langue de pierres haute d'une dizaine de mètres et qui avance comme un glacier. Moustiques agressifs par là ! Au km 62, arrêt au village autochtone de kluskshu. Il y a une cabane mini musée, et nous bavardons avec son gérant, un indien très bien qui ressemble à celui qui faisait la pub pour une marque de verres progressifs. Il nous parle de la pêche au saumon, de ses chasses dans la forêt. Apprenant notre origine, il nous dit que son père était français, de Lorraine... Et sur sa carte de visite le nom est bien lorrain ! Passage du poste frontière pour rentrer au USA. Les questions sont toujours les mêmes : armes ? food ? Ayant déclaré des fruits, on se voit confisqué gentiment 2 magnifiques mandarines de chez Madley's !
Pendant un arrêt pour un café nous bavardons avec un jeune retraité de la police de San Francisco. Malgré le climat et les longues nuits d'hiver il ne retournerait là-bas pour rien au monde ! Il partage son temps entre l'entretien de sa cabane, la pèche, la chasse, le ski, son bateau... Et il s'éloigne avec son pick-up tirant une remorque portant un gros quad. On longe la Chilkat River où quelques roues à pécher le saumon sont en activité. Ce sont 4 nasses qui tournent comme les ailes d'un moulin et "ramassent" les saumons de passage. Le delta de la rivière fait au moins 3000m de large, avec un très fort courant, des îlots de galets et des rapides. Arrêt sur un parking pour tenter de voir des aigles "chauves", des "bald eagle" (emblème des USA), car cette vallée est une réserve. Nous en verrons beaucoup, mais pas ici. Un pick-up avec un bateau en remorque s'arrête. Ce sont 2 hommes qui vont rejoindre une cabane sur l'autre rive et y passer une semaine à pécher, sans électricité ni eau courante. La traversée les soucie légèrement car la rivière est presque en crue.
Arrivée à Haines à notre motel, le Thunderbird. Passage au Visitors center et premier tour de ville. Dîner au Bamboo Room, qui s'appelait "Grand Hôtel" à la Belle époque. Au cours de la promenade digestive - cette fois ce n'est pas pour un hamburger, mais pour des pétoncles en beignet - nous apercevons aux sommets des sapins qui bordent le port de magnifiques aigles chauves, avec leurs becs tournés vers les jetées. Sans doute attendent-ils le retour des pécheurs.


L'auberge Lighthouse dans le port de Haines


Arrivée à Skagway

Vendredi 16 juin : Visite de la petite ville en suivant la brochure "walking tour". Le plus intéressant est l'ancien quartier militaire de Fort William Seward avec ses belles maisons victoriennes pour les officiers. Un grand bâtiment est reconverti en atelier d'arts indien, un autre en fabrique de saumon fumé. Rien à voir avec ce que nous connaissons : le saumon est d'abord cuit dans un bouillon puis fumé. Il est possible de déguster et d'acheter.
Excursion en voiture dans la péninsule du Chilkat State Park. La route mène à une cabane avec balcon d'où l'on voit de l'autre coté du Chilkat Inlet les Rainbow et Davidson Glaciers. Autre excursion au très beau Chilkoot Lake. Un barrage pour compter les saumons est installé en travers de la rivière qui en sort pour aller dans l'océan. Il est temps d'embarquer sur le ferry qui nous emmène à Skagway.
Après une heure de navigation, voici Skagway. Oh surprise ! Au fond du fjord il y 2 gros paquebots de croisières ! Moi qui croyait arriver dans un trou perdu. Ils sont amarrés au bout de la rue principale et dominent de très haut les batiments à 2 étages de la ville. Les passagers envahissent la rue principale le matin et retournent à leurs palaces flottants avant 18h. Les rues sont alors désertes. Hébergement au Westmark, très bien, et dîner au même endroit.

samedi 17 juin : Skagway était la porte d'entrée vers l'or du Klondike. Les futurs chercheurs d'or venant de Seattle et Vancouver arrivaient ici avec leurs bagages. S'ils avaient assez d'argent, ils pouvaient emprunter le White Pass avec des chevaux pour rejoindre le lac Benett. Les autres, les pauvres, allaient à Dyea, à 15km environ de Skagway, et de là prenait à pied la Chilkoot Trail et devaient escalader le fameux Chilkoot Pass, dénivelé de presque 1000m sur sur quelque kms. Il leur fallait 40 grimpettes pour monter la tonne de vivres obligatoire à l'entrée au Yukon. Ils arrivaient ensuite au lac Benett où ils construisaient un bateau pour descendre le Yukon jusqu'à Dawson obtenir enfin une concessions. En chemin les dangers étaient nombreux. Depuis le méchant Soapy Smith (jeux, prostitution, escroquerie) et sa bande à Skagway en passant par les rapides de Five Fingers et ceux de Miles Canyon. Sans compter le scorbut. Après un glissement de terrain qui fit une centaine de mort à Dyea, le passage par cette ville diminua, et lorsque le chemin de fer rendit l'itinéraire du White Pass moins cher, la Chilkoot Trail fut abandonnée et Dyea disparu complètement.
Passage au Visitors center. Plusieurs rangers parlent le français ! Nous commençons par une visite guidée de la ville pendant environ une heure. Musée, bar de Soapy Smith, le Mascoot Saloon ou les boissons étaient payantes et la nourriture gratuite mais salée, et le train White pass Yukon et son chasse neige... La ville de Skagway a très bien conservé ses bâtiments anciens et ses rues avec les trottoirs en bois, mais les nombreuses bijouteries (pour les passagers des paquebots), quelques grosses boutiques de souvenirs, des charrettes à cheval, et même des vélos taxi, lui donnent une touche Dysneyland. Les 3 mois d'été le besoin en personnel est énorme, on vient de tous les USA, mais aussi de Bulgarie et de Russie, pour être femme de chambre, serveur, ou pour pédaler sur un vélo taxi loué à un propriétaire d'écurie". Comme en Inde !
Direction le Small boat harbor pour déjeuner au Skagway Fish Co. Facile à trouver : il y a 2 baraques, la première est un restaurant un peu luxueux ouvert le soir, et l'autre est ce que nous cherchons. Le halibut en beignet est excellent avec des french fries et une Alaska amber.
Avec la voiture nous allons au "Gold Rush" cemetery. Curieux cimetière envahi par la végétation. On y trouve la tombe du méchant Soapy Smith et pas très loin celle du policier qui l'avait descendu mais n'a pas survécu à ses blessures. La tombe d'un enfant de 4 ans à coté de celle d'une prostituée...
Dîner au Red Onion (pizza), ancienne maison de mauvaise réputation. Le cadre est toujours là et l'ambiance plus calme qu'autrefois.


Au bout de la rue principale, un paquebot


Dans le vieux cimetière de Skagway

Dimanche 18 juin : 8 h : avec 30 autres passagers nous embarquons sur le catamaran Fjord Express en direction de Juneau. Journée exceptionnelle pour voir la faune marine !!! Ce sont d'abord plusieurs colonies de lions de mer qui se chauffent au soleil sur les rochers. Plus tard le pilote signale des "respirations" de baleines. Le bateau s'arrête et on attend 4 à 7 mn que l'animal refasse surface. Alors elle ressort en jaillissant hors de l'eau à la verticale avant qu'elle ne plonge et que sa large queue disparaisse. Ce spectacle aura lieu plusieurs fois au cours du voyage, et parfois si près du bateau que c'est un peu angoissant. Parfois elle fait surface tranquillement en lâchant son jet d'eau. Nous croiserons aussi des troupeaux de baleines qui avancent en sortant le dos toutes en même temps. A l'arrivée à Juneau un car nous attend et nous emmène en ville (20.000 hab. et capitale de l'Alaska). Quartier libre pour la visite. Nous verrons d'abord un MacDo (il est 13h) puis l'église orthodoxe, des rues avec des maisons en bois, nous visiterons le Capitole : à notre ébahissement on peut circuler seuls librement dans le bâtiment (c'est dimanche) et visiter les salles de réunion des sénateurs, puis nous passons par le centre ville avec ses boutiques pour touristes, le port : un paquebot en arrière plan et des petits hydravions qui atterrissent et décollent du plan d'eau. Le car nous emmène ensuite au glacier Mendedahl, puis retour au bateau et à Skagway en croisant encore des baleines.
Skagway est désert à cette heure. Nous dinons dans un excellent petit resto original : le Starfire, juste derrière le Westmark. Oubliées les hamburgers et frites, bonjour les délicates saveurs exotiques.


Dans le Canal de Lynn


Cabriole de baleine

Lundi 19 juin : Nous prenons la direction de Dyea par la route qui surplombe Skagway. Curieux ensemble que ce premier plan en bas avec la piste et les petits avions, plus loin les rues qui se coupent à angle droit, les quatre paquebots ancrés au bout de la rue principale au fond du fjord, avec en arrière plan les montagnes. Arrêt au point de départ de la Chilkoot trail pour faire quelques centaines de mètres (Il faut 5 jours pour la parcourir en entier, un permis est obligatoire avant de partir, et il n'y a rien sur l'itinéraire - no telephone, magasins, services- à part des lieux de camping avec abri.). Arrêt sur le parking de Dyea. Un ranger nous attend pour la visite quotidienne de 14h. L'accès est libre, mais sans les explications ça doit sembler bien vide. Nous avons vu les photos de Dyea en 1900 : il y avait un quai avec des bateaux, des rues commerçantes, des hôtels, des entrepôts. Aujourd'hui la nature a réinvesti le site et il ne reste rien de la splendeur de 1900. Il faut la conviction du ranger pour nous faire imaginer un bar au-dessus de ce trou plein de planches pourries et de bouteilles vides. A noter que comme dans toute la région, il est strictement interdit de ramasser la moindre ferraille ou semelle de godasse,...considérés comme vestiges historiques. Pas étonnant que certains coins de Dyea fassent un peu décharge publique - très propre. Il y avait un quai en 1900, mais la mer est maintenant à plusieurs kms. Explication : nous sommes dans une vallée dont le sol était il y a longtemps écrasé par la masse d'un glacier. Depuis sa fonte le sol élastique remonte lentement. Nous parcourons les chemins de Dyea. Tiens, des crottes d'ours !!! Le ranger nous rassure : il a un moulin à poivre. Pardon ! Une bombe à poivre, sensée dérouter l'honorable quadrupède. Après cette visite nous allons voir le cimetière des victimes du glissement de terrain (Slide Cemetery). Il est perdu dans l'écrasante végétation et l'ambiance est un peu angoissante. Peut être un ours nous observe-t-il?
Dîner le soir au Bonanza, dans la rue principale. Il y a très peu de restaurants à Skagway, et celui ci est le plus animé, pour ne pas dire bruyant. Exceptionnel ! Mais bouffe standard.


Dans le port de Juneau


Sic transit gloria : le plus gros vestige de Dyea

Mardi 20 juin : Départ vers Whitehorse. D'abord montée du White Pass. Des parkings permettent de s'arrêter pour observer la vallée, des chutes d'eau, le train du White Pass Yukon qui avance lentement sur l'autre versant. Après la frontière canadienne, on perd une heure. Arrêt au km 44, là où les rails croisent la route. C'est Log Cabin, l'arrivée de la Chilkoot Trail. Attention, aux ours et aux randonneurs disent les prospectus (en fait nous sommes apparemment tout à fait seuls). Après, on voit des lacs, des ruines (Venus Mines, fermée en 1981), Bove Island, puis Carcross.
Attention, il faut s'arrêter ici, c'est très bien. Il y a au moins 30 habitants dans ce village, mais plein d'Histoire. Passage par le Visitors center, puis walking tour. Nous sommes au bord du Lac Bennet, là où les stampeders construisaient leurs bateaux pour descendre vers Dawson par le Yukon. Il reste quelques cabanes, une église, le Matthew Watson store (le plus vieux magasin du Yukon), des restes de bateaux à vapeurs, la locomotive Duchess, la prison. Il fait très beau aujourd'hui, et nous passons doucement 2 heures dans ce paysage 1900. Sans la fièvre de cette époque : à part un autobus de touristes qui s'arrête un quart d'heure, il n'y a presque personne ici.
La route passe à coté du Emerald Lake, effectivement très coloré. Soudain lent coup de frein : un quadrupède hirsute marche tranquillement sur la gauche de la route. Notre approche le fait se retourner. On reconnaît un ours brun, pas un grizzly. Il continue peinard, au pas. Et nous aussi. Le temps de faire nos photos, c'est l'ours qui abandonne le jeu : il plonge dans les buissons du bas coté, puis il se retourne et se met debout pour observer par dessus les buissons ce que nous faisons, et se décide finalement à foncer dans les taillis.
Whitehorse, hébergement hôtel Riverview. Très bien. Beaucoup d'allemands de passage, car il y a une liaison directe Francfort-Whitehorse.


A Carcross, le plus vieux magasin du Yukon


La rive du lac Benett où les chercheurs d'or construisaient leurs bateaux pour descendre le fleuve Yukon

Mercredi 21 juin : Visite de Miles Canyon, quelques miles avant Whitehorse. Le fleuve se trouve coincée dans un étroit goulet et malgré l'absence de bruit la vitesse de l'eau est impressionnante. On imagine les stampeders entraînés là-dedans avec leurs embarcations et le matériel! Arrêt au lac Schwatka auprès d'un garage à hydravions.
Nous avions programmé notre voyage pour être à whitehorse ce 21 juin, jour du solstice d'été et fête des autochtones (aborigenal day). Nous nous attendions à des danses typiques, des costumes traditionnels, des acrobaties à cheval. Finalement les animations sont plus banales. Et ça se passe vraiment à la bonne franquette. Nous assistons à la première : un concours de fabrication de bannok, sorte de gâteau frit à la poêle. Quelques indiennes parmi les 10 concurrents, et un drôle de jeune indien sympa portant l'emblème de l'alliance française de Whitehorse et qui parle français sans accent ! Au signal de départ les mélanges farine eau oeuf commencent ! C'est vraiment très décontracté. Quelques indiens dans l'assistance, certains en uniforme militaire. Après délibération du jury, nous faisons le walking tour de la ville : le bâtiment le plus intéressant est l'église de rondins (log church) et son exposition. Beaucoup de constructions modernes dans cette capitale du Yukon (20.000hab).
Après un en-cas chez Tim Hortons, nous avons rendez vous à 13h pour une visite en français du SS Klondike. Nous apprenons tout ce qu'il faut savoir sur la navigation sur le Yukon et le transport des mineurs. Ensuite et malgré la chaleur nous partons à pied vers le barrage et l'échelle à saumons. La piste passe par la forêt, frôle le Yukon. Environ 2,5km pour arriver au barrage. Il a été construit pour réguler le débit. Le niveau de l'eau dans Mile Canyon en a été remonté de quelques mètres, et les saumons en route vers leur lieu de naissance étaient bloqués. Pour leur permettre de terminer le voyage, une cascade formée de nombreux niveaux hauts chacun d'environ 30 cm a été construite sur le coté du barrage. Et les saumons arrivent à remonter tous les niveaux pour atteindre le lac supérieur. En juin, c'est trop tôt pour les voir passer. Retour par l'autre rive. Et en voiture pour la visite de la fameuse brasserie du Yukon ! Elle a lieu en été tous les jours à 16h. Dégustation offerte, visite du "laboratoire", achat de T-shirt au gift shop.


Ours sur la route


Le Yukon dans le défilé de Miles Canyon


Le Steam Ship Klondike


Les candidats du concours de patisserie

Jeudi 22 juin : Départ par la Klondike Highway. Lac Laberge. Au km 280, Braeburn Lodge, spécialité de petit pain à la cannelle (cinnamon bun) que le patron barbu fait chaque matin. essence, location de canoë, air strip..., km 354 : arrêt à Carmacks (il n'y a pas grand chose : motel, épicerie, laverie, poste, essence). km 380 :très beau point de vue sur les Five Fingers. Quatre récifs partagent le courant du Yukon en 5 "doigts". L'eau bouillonne partout. Les gros bateaux genre SS Klondike s'accrochaient à un câble d'acier qui les guidait. km 464 : arrêt à Pelly Crossing, village indien de 300 hab. km 652 Point de vue sur la Tintina trench. On distingue bien la falaise consécutive à l'effondrement de toute la plaine.km 671 : carrefour avec Dempster Highway qui mène à Inuvik. Le Klondike River Lodge a l'air très bien. Nous testons seulement le café, il est hélas comme ailleurs.
km 694 : aéroport de Dawson. Le paysage se transforme rapidement : on dirait que le sol a été partout retourné. C'est bien ce qui c'est passé, nous approchons de Bonanza Creek. Km 699 : voilà la fameuse Bonanza Road. A perte de vue on ne voit que des tas de pierres, parfois de vrais terrils. La route non goudronnée s'enfonce dans un paysage minéral et dans les oasis de végétation on voit des restes de cabanes ou de caravanes, des grues et des grosses machines rouillées. Et voilà des vrais chercheurs d'or de notre temps : une grosse pelleteuse gratte le sol et dépose son chargement dans ce qui doit être un concasseur et un laveur.
Au Claim n°6, on peut s'essayer au maniement de la "gold pan".
Arrêt à la drague n° 4, énorme engin protégé de la rouille comme une relique. Puis voici la Discovery Claim. Pas grand chose, un petit ruisseau et quelques planches perdus dans la végétation. Sur le chemin du retour, arrêt à la seule cabane sur cette route : Claim n°3. Dans le jardin beaucoup de vieilles machines. A l'intérieur il y a un magasin qui vend des pépites. La dame vendeuse nous explique le système des concessions : si vous en achetez une, elle est déclarée aux bureaux des concessions à Dawson, puis chaque année vous devez montrer que vous travaillez dessus. Si non, c'est l'état qui la récupère. Les machines peuvent être louées à Dawson. Apparemment une concession s'achète à partir de 2.000 $ CAD.
Dawson : hébergement au Westmark, très bien.
La ville est parfaitement conservée. Aucun bâtiment en béton, rien que du bois. Elle se parcourt à pied sans difficulté. Nous allons le soir au casino spectacle : chez Diamond Tooth Gerties. Parait il que Gertie à la dent de diamant a vraiment existé. Le spectacle est très bien, aucune vulgarité bien sûr. Pianiste et violoniste endiablés, une chanteuse et quatre danseuses. On peut y manger et jouer. Après le spectacle le soleil est encore si haut (il est pourtant 21h) que nous faisons un petit tour de ville.


Près de Bonanza Creek il y a encore des chercheurs d'or


Les danseuses du Diamond Tooth Gerties Tooth


A Dawson, les effets du permafrost sur une maison


Une des dernières dragues

Vendredi 23 juin : Walking tour de la ville, avec la cabane de Jack London. Ce sont des restes de la vraie cabane qui auraient été transportés jusqu'ici et restaurés. Le quai au bord du Yukon et ses magasins, anciens hôtels, banque. Montée au Dôme, point de vue exceptionnel sur la ville et la vallée du Yukon.
Le traversier (le bac) nous emmène de l'autre coté du Yukon. Et de là nous commençons la Top of the World Highway. C'est une route de crêtes avec des points de vue de chaque côté, le plus beau étant le droit avec la chaîne des Monts Ogilvie. Jusqu'au poste frontière il n'y a absolument rien, pas une seule construction humaine. Après, c'est encore pareil, sauf une cabane qui fait du café. Arrêt à Chicken. Nous nous attendions à un vrai village, en fait il n'y a q'une énorme drague abandonnée, un petit lodge, une cabane poste, et le fameux downtown ne se compose que de trois cabanes alignées avec une banderole annonçant internet WiFi. Ca frôle le canular. Croyant le centre ville plus loin nous continuons la piste qui aboutit finalement à un airstrip et sa manche à air. C'est tout. Le charme est sans doute que jamais nous ne reverrons un endroit pouvant donner une telle sensation d'être égaré dans la nature.
Dans la descente vers Tok on voit encore des zones où la terre a été retournée par des chercheurs d'or. Et des hectares de troncs brûlés.
Hébergement à Tok au Westmark, très bien. A part des stations services et le resto Fast's Eddy, pas grand chose.


Le poste frontière américain sur la Top of the World Highway


Top of the World Highway

Samedi 24 juin : Longue route vers Valdez. De nombreux tronçons sont en travaux et à sens unique. Il faut attendre la voiture pilote qui précède les véhicules. Pendant les 10 mn d'attente on bavarde avec les voisins. Arrêt au Hub of Alaska. C'est le carrefour entre la Glenn Highway et la route de Valdez. Station service, épicerie, souvenirs, visitors center. Avant Valdez vue sur le Worthington Glacier, et après la Thomson Pass très beau paysage enneigé. Le cadre de la ville de Valdez (2.000 hab) est magnifique : mer et montagnes. Les installations du terminal de l'oléoduc sont de l'autre coté de la baie et restent très discrètes. Hébergement au Totem Inn, très bien. Dîner dans le port à l'Alaska Bistro. Du bar la vue est splendide sur les bateaux et les montagnes.


En attendant la voiture pilote


Vue du bar de l'Alaska Bistro à Valdez


Retour de péche aux fletans


Colonie de lions de mer

Dimanche 25 juin : Visite du centre ville moderne, des quartiers résidentiels avec de belles maisons en bois, de quartiers plus modestes avec des maisons faites de mobil homes. A 12h nous embarquons sur le catamaran Stan Stephens en direction du glacier Columbia. Loutres de mer qui font la planche, colonie de lions de mer sur la rive, et parfois quelques nids d'aigles à tête blanche dans les sapins avec leurs occupants. Nous ne verrons pas de baleine. La température baisse à l'approche du glacier et il faut être très bien couvert pour ce voyage. Nombreux petits icebergs, puis voilà la langue du glacier qui arrive dans la mer après un parcours d'une dizaine de kilomètres. L'eau des glaçons que l'équipage ramasse avec une épuisette est tombée du ciel il y a des milliers d'années. Un phoque se prélasse sur un gros morceau de glace. Un aigle posé sur un haut iceberg nous observe, les pattes dans la glace.



Les abords du Columbia Glacier


Pèche aux saumons sauvages

Lundi 26 juin : Route vers Anchorage. Arrêt à nouveau au Hub of Alaska, puis route monotone avec pluie permanente jusqu'au point de vue sur le glacier Manatuska. Arrêt à Palmer pour notre dernier hébergement, Palmer Gold Miners Hôtel. La ville est assez importante, avec un bon supermarché. Palmer est au centre d'une région agricole. Les légumes y sont énormes, à cause parait il de la longue période de lumière en été. Il y a aussi pas loin un élevage de boeufs musqués, et un autre de rennes.


Mardi 27 juin : Anchorage. Arrêt pour quelques achats de souvenirs. Nous continuons par la route vers Seward. Elle longe en permanence le fjord et offre de très belles vues. Arrêt au Portage Glacier et passage au Visitors center, remarquablement bien fait. Sur le chemin de retour arrêt à Girdwood, village de hippies parait il. On ne voit que quelques maisons bien sages dans la forêt. Départ d'Anchorage à 22h. Long voyage de retour à cause d'une escale de 6h à Chicago. Si bien que nous arrivons à Paris le jeudi à 8h du matin.


Retour page d'accueil